Adresse : 10 rue Octave Mureau 76550 Saint-Aubin-sur-Scie Tél. : 02 35 84 26 17 ; Mail : spadieppoise@orange.fr ; Le refuge est ouvert du lundi au samedi de 14 h à 17 h ; fermeture au public le jeudi et le dimanche.

dimanche 26 juillet 2020

Accès au refuge

Le refuge est ouvert au public du lundi au samedi de 14 heures jusqu'à 17h00 chaque jour sauf le jeudi. Dimanche et jours fériés, nous sommes fermés.
Le masque est obligatoire et nous vous demandons de respecter les gestes barrières.
Tous nos pensionnaires à l'adoption sont visibles sur notre page Facebook.

Si vous avez un projet d'adoption concernant un animal précis, vous pouvez nous contacter :

  • par mail à spadieppoise@orange.fr 
  • Par téléphone 02 35 84 26 17 uniquement l après-midi. 
  • Par message sur la page Facebook.

mardi 17 mars 2020

Coronavirus : accès au refuge

En raison de l’épidémie de coronavirus et au terme des prescriptions du gouvernement concernant les établissements appelés à recevoir du public, le refuge est fermé  jusqu'à nouvel ordre.

Toutefois, les adoptions et les dépôts en fourrière peuvent continuer dans des conditions strictement encadrées.

Tous les animaux proposés à l'adoption restent  visibles sur notre page Facebook.  Renseignez-vous par téléphone au 02 35 84 26 17, de 14 à 17h, tous les jours sauf le jeudi et le dimanche, ou par mail spadieppoise@orange.fr, sur l'animal que vous voulez rencontrer afin de convenir d'un rendez-vous individuel.

En cas d'urgence uniquement (dépôt d'un animal errant en fourrière, ...), veuillez appeler le 06 71 84 56 13.


Merci de votre compréhension


Toute l'équipe de la SPA Dieppoise





vendredi 1 novembre 2019

Votre chat est une catastrophe écologique, voici comment limiter les dégâts

L'amour des Français pour les félins fait peser une menace sur la biodiversité.

Source : article du Huffington Post du 27/10/2019 

 

ANIMAUX - Il suffit de jeter un coup d’oeil sur les réseaux sociaux pour le comprendre: les chats sont les rois des animaux domestiques, et la France est loin de faire exception: avec 14 millions de chats domestiques, l’Hexagone se place au premier rang de l’Union européenne.
Mais cet engouement se fait de plus en plus au détriment des petits mammifères et des oiseaux, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article. Depuis le début des années 2000, le nombre de chats domestiques s’envole, pour atteindre aujourd’hui aux alentours de 14 millions. Un chiffre à comparer aux quelque 8 millions de chiens que peuplent les foyers français, alors que vingt ans plus tôt les frères ennemis étaient en nombre égal.

Le tribut de plus en plus lourd de la biodiversité

Urbanisation, effet de mode...quelles qu’en soient les causes, ce succès a des conséquences sur l’environnement, au point qu’en 2015 la société française pour l’étude et la protection des mammifères a tenté de mesurer cet impact à l’aide d’une enquête participative. Si le travail continue, les chiffres collectés auprès de 2000 personnes qui ont récolté 35.000 proies laissées par leur animal sont éloquents. En ce qui concerne les volatiles notamment: “Entre 2000 et 2015”, précise le rapport préliminaire, “la mortalité due à la prédation par les chats sur les oiseaux de jardin a augmenté d’au moins 50%”. 
Une très forte augmentation à mettre en rapport la situation de la biodiversité en France. En France, le nombre de passereaux dans les campagnes françaises a diminué d’un tiers, et une étude de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) a montré que les chats étaient responsables à 25% de cette mortalité. Qu’il soit domestique, sauvage, ou haret, c’est-à-dire retourné à la vie nature après avoir été abandonnés, un félin est et reste un prédateur. 
Alors que la biodiversité est un enjeu qui touche de plus en plus l’opinion, limiter l’impact des chats sur leur milieu ne semble pas toujours être la priorité de leurs propriétaires. Pourtant, quelques précautions, en plus de les nourrir à leur faim, permettent d’atténuer grandement la pression que font peser les boules de poils sur la nature. 

Sauver la nature des griffes de votre chat

Il faut que les gens comprennent que la stérilisation est importante”, explique Anne-Laure Dugué, responsable du programme “Oiseaux en détresse” à la LPO. Cela permet non seulement d’éviter la reproduction anarchique des animaux, mais aussi de limiter leur envie de vagabonder. “En cherchant un partenaire, ils s’aventurent dans la nature, hors du jardin, et peuvent alors s’attaquer à des espèces en danger”. 
Un contact avec le milieu naturel, déjà en grande difficulté, qu’il faut ainsi limiter, surtout à certains moments. Notamment juste après une averse: “Arrêtez de laisser sortir votre chat juste après qu’il ait plu, c’est là que les oiseaux sont les plus vulnérables”. Et si cela n’avertit pas toutes les proies potentielles, poser une clochette au cou de votre animal permettra également de leur donner une chance supplémentaire de s’en sortir. 
Bien évidemment, ne pas abandonner son félin (un acte peut-être bientôt sanctionné par la loi), ou d’ailleurs son animal en général, est une règle d’or. L’impact d’un chat revenu à la vie sauvage sur son environnement est le plus important, très loin devant les chats domestiques: un chat haret chasse plus de mille proies par an! Un chiffre à comparer aux 27 proies par an du chat d’un foyer...
Si après avoir lu toutes ces précautions, l’envie d’avoir un chat reste la plus forte, le refuge est l’option à privilégier. Tant pis pour le choix d’une race en particulier, exactement de la couleur souhaitée! Car les animaux à adopter y sont nombreux, et pris en charge: “Aujourd’hui, les chats y sont stérilisés, soignés, identifiés. C’est la solution la plus raisonnable”.

lundi 29 juillet 2019

La stérilisation des chats : un acte de protection


Les chats sont des êtres sensibles, doués d'émotions, ressentant la douleur et le plaisir, la peur, la colère, la frustration, etc. Dotés d'une mémoire exceptionnelle leur permettant d'agir en fonction de leurs expériences, ils doivent être protégés contre :
  • toute souffrance
  • l'abandon
  • l'absence de soins et de prévention des maladies
  • la maltraitance
La stérilisation est le premier acte de protection contre les abandons, les fugues, les maladies infectieuses, les tumeurs et leur cortège de souffrances.
Chaque année, les refuges accueillent des milliers de chatons qu'ils tentent de sauver et de placer à l'adoption.
Fortement impliquée dans ce combat depuis plusieurs années, la Confédération Nationale, porte parole de 267 refuges indépendants, s'est associée au Conseil National de la Protection Animale dans la réalisation d'une brochure : La stérilisation des chats, un acte de protection.
Cette brochure sera remise aux propriétaires de chats dans les salles d'attente des vétérinaires praticiens ainsi qu'aux adoptants au sein des refuges indépendants.

Diffusez cette BROCHURE

Quelques chiffres :
63000 chats pris en charge annuellement par nos associations (errance et abandons) 
21800 stérilisations de chats libres pratiquées par nos refuges indépendants en collaboration avec les municipalités et les vétérinaires

samedi 27 juillet 2019

Actualités animales


Pour toutes les nouvelles concernant nos animaux (arrivées, adoptions, ...), veuillez consulter notre page Facebook